Accueil | Plan du site | Catalogue | FAQ | Recherche | Bloc-notes | Infolettre | Contact | Points de vente | Objets dérivés | Appels à textes


Dossier de presse
 
Cette page contient notre dossier de presse pour l'année 2005.
Dossier de presse de l'année: 1987, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992, 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.

Centre Presse, 28 décembre 2005. 
Rodez, Aveyron.

Rural dans l'âme, Jonas Lenn a quitté sa Sarthe natale en 2003 pour s 'installer en Aveyron où il a trouvé, dit-il, un cadre de vie en accord avec ses aspirations et propice à son inspiration. Auteur professionnel depuis une dizaine d'années, il s'est d'abord cantonné à l'écriture d'une cinquantaine de nouvelles (histoires courtes) où, dit-il «je me suis fait la plume», avant d'aborder des textes plus longs. Ses domaines de prédilection: la science-fiction et le polar. La Spirale de Lug paru aux éditions de la Clef d'Argent en mai 2005 est son premier roman. Il ne délaisse pas pour autant les textes courts, puisque «la Ferme Enchantée», une nouvelle aux préoccupations écologiques, figure dans l'ouvrage collectif Moissons Futures paru aux éditions de la Découverte en octobre 2005. La publication de deux nouveaux romans est d'ores et déjà programmée pour le premier semestre 2006.

 ^

Le Progrès, 30 octobre 2005. 
Édition du Jura.

 «Dole est une ville propice à la littérature fantastique».
Rencontre avec Philippe Gindre, le co-fondateur des éditions de littérature fantastique La Clef d'Argent. Avec son ami Christian Hibon, il narre les aventures de John Coolter et Isidore Quincampoix, les investigateurs de l'Institut d'Ethnocosmologie Appliquée de Dole (IEA).

Que font les enquêteurs de l'IEA?
Un peu à la manière des chasseurs de spectres du film SOS Fantômes, ils sont amenés à analyser les phénomènes paranormaux auxquels ils sont confrontés. Citons parmi tant d'autres le Four Réfrigérant, ou le Poltergeist Portatif, un esprit frappeur qui loge dans les portes d'entrées et se charge de vous débarrasser des visiteurs importuns!

S'il était installé à Dole, où se situerait l'Institut?
Nous nous sommes souvent posé la question, sans jamais vraiment parvenir à y répondre. On peut imaginer par exemple qu'il se situe au 24 de l'avenue Georges Pompidou, un numéro qui n'existe pas encore (la numérotation sur place passe du 22 au 26), situé non loin du siège des éditions La Clef d'Argent. Mais on peut supposer aussi qu'il occupe l'emplacement d'un bâtiment existant, comme la M.J.C ou la Salle des Fêtes. À chaque lecteur d'imaginer à sa guise son emplacement!

Quelles énigmes ont eu lieu ici?
C'est L'Affaire Bellocq qui, jusqu'à présent, a le plus utilisé les ressources inépuisables que Dole peut offrir en la matière. Citons une course-poursuite en Simca 5 à travers les rues de la vieille ville, et qui se termine par un carambolage dans la côté de la Bedugue. Ou l'assaut contre le laboratoire souterrain de l'infâme Professeur Bellocq, situé sous l'actuel emplacement du rond-point du Pont de la Corniche. Mais dans la plupart des récits, Dole est présente, même en arrière-plan. Lorsqu'il s'agit de faire le point, de s'accorder un peu de repos entre deux missions, les enquêteurs se retrouvent généralement au bar de l'Institut et sirotent, qui un café, qui un whisky, en écoutant le carillon de la Collégiale égrener les quarts d'heure.

Pourquoi avoir basé l'IEA à Dole?
Parce que j'y vivais, tout simplement, et que j'avais chaque jour sous les yeux le décor, grandeur nature, des aventures de Coolter et Quincampoix. Mais aussi parce que Dole a su conserver intacts de nombreux témoignagnes de son passé architectural, propices aux genres de récits que nous écrivons.

À quand de nouvelles aventures?
L'écrivain dolois Pierre Gemme emmène en ce moment même Coolter et Quincampoix en Laponie dans un récit intitulé pour l'instant Sur la piste des Tunturis. Quant au réalisateur dolois Sebastián Zurita il projette de tourner à Dole, dans les mois qui viennent, un court-métrage adapté de L'Affaire Bellocq.

Xavier Ducordeaux

 ^

InterCDI n°198, novembre/décembre 2005.

En relisant Jules Verne: Cette année Jules Verne, qui doit s'achever en apothéose par le colloque de Nantes, a vu la publication d'une foultitude d'ouvrages, des meilleurs et des plus informés, aux niaiseries commises par le nègre d'un acteur médiatique. Cet ouvrage-ci s'intéresse à quelques-uns des romans de Verne et en fait une analyse sérieuse, bien documentée, pour tout dire «pédagogique». Je ne suis pas toujours d'accord sur tout, mais c'est un travail sérieux sur cinq oeuvres majeures de Verne.

D.F.

 ^

Solaris, novembre 2005.

La Spirale de Lug: La rumeur courait: Coolter et Quincampoix, les infatigables investigateurs de l'étrange, n'étaient plus de ce monde. Mais ils n'étaient pas partis très loin; les revoici dans ce qui est le premier roman de Jonas Lenn, qui a publié une quarantaine de nouvelles dans des revues comme Faëries, Galaxies, Emblèmes, etc.

 ^

La Voix du Jura n°3177, 13 octobre 2005. 

L'aventure fantastique d'une association éditrice sur le net.
Née de l'initiative d'une bande de copains férus de récits fantastiques, La Clef d'Argent est une association d'édition installée dans le Jura depuis dix-huit ans déjà. Ainsi nommée en hommage à I'auteur américain Howard Phillips Lovecraft, dont les travaux sont devenus une référence dans l'univers de l'écriture fantastique, et en clin d'oeil à sa nouvelle «The Silver Key» parue en 1928.
Créée en 1987, l'association avait pour objectif de faire connaître à un large public la littérature fantastique, souvent méconnue, par la publication d'une brochure. Ce qui fut fait avec les moyens du bord au départ, au gré du temps et des photocopies, s'est développé a plus grande échelle au fil des années. Tout en multipliant ses activités et sans pour autant sortir de l'univers imaginaire et pourtant réaliste qu'est le fantastique, La Clef d'argent est aujourd'hui reconnue dans le monde des fans du genre au niveau national et même international. Ainsi depuis 1990 la maison d'édition publie une anthologie périodique consacrée à la nouvelle: Le Codex Atlanticus. Cette publication est ainsi nommée en référence aux ouvrages anciens sur lesquels étaient transcrites les connaissances tels des écrins mystérieux desquels s'échappaient des histoires extraordinaires. Consacré essentiellement à la création contemporaine, Le Codex Atlanticus propose en parallèle des rééditions commentées de textes anciens souvent mal connus ainsi que des textes classiques écrits par les maîtres du genre tels H.P. Lovecraft (1890-1937), Théo Varlet (1878-1936), ou Jean Richepin (1849-1946).
Sur internet. Mais l'activité de la Clef d'Argent ne s'arrête pas là. Depuis sa création elle a publié de nombreux ouvrages sous différents formats et différents styles. Elle édite des romans bien sûr mais aussi des essais littéraires comme par exemple En relisant Jules Vernes de Lionel Dupuy qui s'applique à décortiquer l'oeuvre d'un maître français du fantastique et qui a reçu le prix spécial du jury 2005 aux journées du livre d'Orthez. Mais La Clef d'Argent publie également des recueils de poèmes comme ceux en prose de Clark Ashton Smith ainsi que des dessins et documents sonores disponibles sur son site internet. La Clef d'Argent est aussi à l'origine de plusieurs collections dont Ténèbres et compagnie qui propose, en hommage aux publications fantastiques du milieu du siècle dernier, de petits formats contant les «investigations métapsychiques» de deux héros et de leurs collègues et qui compte actuellement sept volumes. L'association La Clef d'Argent couvre donc tout l'univers littéraire du fantastique et s'adresse ainsi à la fois aux amateurs et aux novices. Tout en ayant gardé son caractère associatif et surtout passionné l'association s'attache à poursuivre ses objectifs premiers en proposant des publications régulières. La Clef d'Argent diffuse ses publications essentiellement par Internet soit sur son site www.clef-argent.org, soit sur les sites de librairies en ligne et est également présente sur les bases de données libraire. Le mystère reste donc accessible a tous.

Cécile Nicod

 ^

fantastinet.com, octobre 2005.

La Spirale de Lug: J'ai eu à la lecture des premières pages, un arrière petit goût de déjà vu... Rien à voir avec du plagiat, mais nous retrouvons l'ambiance d'une autre grande série policière j'ai nommé le Poulpe. Hormis cette manière d'enquêter, aux frontières de la loi, le goût pour les bières n'est pas sans rappeler le grand échalas. La similitude s'arrête là... Nous sommes bien en présence d'une oeuvre fricotant avec le fantastique - je dis fricotant, car je n'ai pas vu de preuves flagrantes du côté fantastique de l'oeuvre, mais peut-être dans la suite déjà prévue, mon sentiment ne s'en trouvera que plus renforcé - où la volonté de connaissance à entraîné la mort du chercheur.
L'enquête nous mènera à proximité des sectes et autres cliques nazis...
Le style est dynamique, l'action bien dosée et l'humour savamment distillé.
Les illustrations qui composent la couverture et l'intérieur, donne à l'ensemble un aspect «vieillot» bien agréable et si la dernière fois que j'ai critiqué une parution Clef d'Argent en disant que la couleur aurait été bienvenue, et bien dans ce cas, restez ainsi ;)

Allan Dujiperou

 ^

Khimairan°4, octobre-décembre 2005. 

Outre leur très bon recueil périodique intitulé Le Codex Atlanticus, les éditions de la Clef d'Argent ont ouvert deux collections, vouées à des enquêtes autour de faits pour le moins mystérieux. John Coolter et Isidore Quincampoix «les infatigables investigateurs métapsychiques de l'Institut d'Ethnocosmologie Appliqué de Dole (Jura)», sévissent depuis leur première apparition, en 1999, sous les plumes de Christian Hibon et Philippe Gindre. Sept ouvrages ont déjà été commis dont le dernier, La Spirale de Lug est signé Jonas Lenn. Une série qui symbolise parfaitement le thème du présent dossier. Avis aux amateurs: la collection Ténèbres et Cie est ouverte aux plumes avides d'enrichir son univers...
Un peu moins axée sur le Fantastique, mais baignant dans une atmosphère toute proche, Le Club Diogène a pour cadre le Paris de la fin du XIXe siècle. Les membres de ce club s'immiscent par ennui dans des affaires pour le moins particulière. Des sept ouvrages programmés, le deuxième, Vilaines Romances est paru tout récemment.* Fait notable, les deux auteurs, Stéphane Mouret et Jérôme Sorre, ont prévu de faire vieillir leurs héros au fil des histoires. Pour les amoureux d'ambiance burlesque et fin de siècle.

*Note du maîtrentoileur: pas tout à fait! mais nous y travaillons.

 ^

Parchemins & Traverses, 23 septembre 2005.

La Spirale de Lug: Quand vous mettrez le doigt dans la Spirale de Lug, faites bien attention, vous pourriez bien vous amuser plus que vous ne le pensiez. Foin des ennuyeux Holmes et Watson, et place à Cooler et Quincampoix ! Tout y est... mais délicieusement décalé et, en fin de compte, on sent bien que l'auteur est juste là, juste derrière la page, à partager ce plaisir avec vous.
Pourtant, quoi de plus classique que cette histoire : un meurtre. La victime ? Un curé de campagne... pas très catholique tout de même et, accessoirement, ami du « héros », enfin, de l'un d'eux, et, aussitôt, on enclenche sur toutes les ficelles du genre. Le petit bout de papier brûlé ? essentielle pièce à conviction ?, le neveu bizarre, la femme de ménage tellement banale, le voisin fouineur, le libraire et son arrière-boutique, l'ami qui revient de loin ? de certainement beaucoup plus loin que quiconque pourrait le penser ? puis l'inévitable complot, à tiroirs, comme il se doit... et un chat, bien entendu, qui donne tout de suite un petit air énigmatique à l'affaire... le tout arrosé de l'exacte dose d'irrationnel et de la bière juste adéquate auprès du billard juste adéquat. Il n'est pas jusqu'aux illustrations, un brin obsolètes, qui ajoutent une touche parfaitement appropriée à l'ensemble. La couverture un peu brouillonne ne suit pas, dommage...
Enfin, le petit plus : les références constantes de l'auteur à un solide bagage culturel qui, dans le contexte, sont encore plus drôles.

Hélène

 ^

La Rune du Web, septembre 2005.

La Spirale de Lug: Voici le 7eme livre de la Serie Ténébres & cie! Merveilleuse aventure policière avec nos deux amis Coolter et Quincampoix. Nous voici sur l'enquête de la mort d'un Abbé! Entre doutes et mystères noirs, nos deux amis partent à l'aventure! Avec un coup de stylo très fluide, Jonas Lenn nous amene dans ce monde. Une fois qu'on a commencé à lire, on veut connaitre la fin mais même à la fin, on veut lire la suite. Un très bon livre. Vivement la suite...

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 13 septembre 2005.

La Maison du Vampire: Réginald Clarke est un brillant écrivain. Sa célébrité mais surtout son charisme, attirent les jeunes artistes avides de ses conseils. Ernest Fielding n'échappe pas à la règle.
Lorsque son mentor lui propose une chambre dans son antre, c'est avec enthousiasme que le jeune romancier accepte, même si certaines rumeurs s'interrogent sur le talent et l'inspiration qu'ont perdu ceux qui ont croisé le chemin du célèbre écrivain.
Et quand Clarke lit devant un petit comité choisi une pièce de théâtre, Ernest constate avec stupéfaction qu'il s'agit de l'idée à laquelle il pensait depuis plusieurs semaine. Ethel Brandenbourg, l'ancienne maîtresse de Réginald, est peut-être la seule à pouvoir comprendre et aider Fielding.
La Chambre du Vampire est un classique de la littérature du XXème siècle qui est pourtant resté longtemps inconnu. C'est le premier roman qui aborde le thème du vampire psychique. Et comme le dit si bien Jean Marigny, spécialiste de ces créatures de la littérature, mais aussi traducteur de cet ouvrage : Toutes proportions gardées, George Sylvester Viereck présente un équivalent du vampire traditionnel grâce à La Maison du Vampire.

Hanako

 ^

MesImaginaires.com, août 2005.

La Spirale de Lug: Un curé des plus iconoclastes vient d'être assassiné. L'inspecteur Bardet, chargé de l'enquête, fait appel à John Coolter et Isidore Quincampoix. Les deux investigateurs de l'étrange se rendent sur place, dans la Sarthe. Après inspection de la bibliothèque du père Wallace, ils partent rapidement sur les traces des géants antédiluviens habitant aujourd'hui encore des mondes parallèles. Coolter et Quincampoix n'en sont pas à leur première enquête. L'Anglais loquace et le Français à lunettes sont tous deux membres de l'Institut d'Ethnocosmologie Appliquée qui a pour vocation " l'investigation rationnelle des phénomènes paranormaux liés aux diverses représentations cosmologiques humaines (hantises, mythimages, Chipougnes, abstractions mythogénétiques, attracteurs étranges, etc.)". Si vous voulez en savoir plus sur ce célèbre institut, rendez-vous sur http://iea.free.fr/ : on s'y croirait ! Ainsi découvrirez-vous le transchronoscope mis au point par Raphaël Perronnet et l'étonnant Bambin Glossolale de Marlivaux qui parlait couramment seize langues, dès l'âge de six mois. Heureusement pour le commun des mortels passionné d'occulte et autres phénomènes étranges, les éditions La Clef d'Argent ont décidé de rendre publiques les enquêtes de l'I.E.A. sous la plume de Philippe Gindre, Christian Hibon, et aujourd'hui Jonas Lenn (qui a déjà pris en main le destin des deux enquêteurs pour une nouvelle du recueil Bienvenue à l'I.E.A.). L'écriture, à la fois désuète et dynamique, recourt aux situations les plus classiquement rocambolesques et aux tournures qui fleurent bon autrefois ("Nous sommes faits ! glapit Quincampoix"). Le lecteur est ainsi transporté dans un feuilleton de l'étrange qui se décline selon les codes du genre. Pas de surprise donc, mais une lecture très plaisante, truffée de références littéraires (à Tolkien, Lovecraft, Arsène Lupin) et d'érudition au service d'un agréable divertissement qui constitue, après de nombreuses nouvelles, la première incursion de l'auteur dans le domaine du romanesque.

Sandrine Brugot Maillard

 ^

Scifi-universe.com, août 2005.

La Maison du Vampire: Ernest Fielding, jeune poète talentueux, désire devenir le nouvel auteur en vogue. Quelle n'est pas sa joie quand il devient la pupille du célèbre écrivain Reginald Clarke et qu'il est invité par ce dernier à vivre dans sa maison. Cependant Ernest n'est pas au bout de ses peines puisqu'il va vite se rendre compte qu'une chose indicible est en train de lui arriver. Peu à peu ce dernier va être en prise à une singulière maladie des nerfs et grâce à sa rencontre fortuite avec la gracieuse Ethel Brandenbourg (l'ancienne maîtresse de Clarke) ; le jeune Feilding va se rendre compte de l'immuable danger dont il est victime. Progressivement Reginald Clarke perdra à ses yeux son immense pouvoir de séduction et une lutte des plus acharnée se livrera dans La Maison du Vampire.
Ecrit en 1907 par Georges S. Viereck, ce court roman est une oeuvre romantique pourvue d'une trame des plus terrifiante. Qu'est qui pourrait être plus abominable que de perdre son énergie créatrice et sa personnalité ? Finir comme une coquille vide sans âme et sans souvenirs ? Rien ! Traduit par Jean Marigny, spécialiste du thème vampirique en littérature et grâce à la majestueuse édition de La Clef d'Argent, les lecteurs et amateurs de vampires vont enfin découvrir le premier roman qui traite du vampire psychique. Un thème trop peu usité qu'on peut aussi découvrir dans L'Echiquier du Mal de Dan Simmons.
Dans La Maison du Vampire tout commence innocemment. Puis c'est grâce à la monter croissante d'une tension assez forte qu'on va apprendre et ressentir, et cela à travers le regard innocent du jeune Ernest Fielding, quels sont les dangers de fréquenter une telle créature. Même si l'auteur aiguise notre curiosité dans les premières pages du roman, grâce à ses descriptions des pouvoirs psychiques de Reginald, c'est bien après l'apparition de Ethel Brandenburg, qu'on pourrait qualifier de personnage révélateur, qu'on subira les affres et l'indicible agonie de Fielding. On pourrait aussi se poser énormément de questions sur le sens caché de ce roman fantastique. Et surtout sur ce qu'a voulu nous faire ressentir Georges S. Viereck. Comme par exemple la peur de perdre son identité créatrice et de ne plus pouvoir créer des oeuvres artistiques ou de même perdre sa personnalité dans les limbes obscures du néant. Une peur qui doit être très dure à gérer pour toute personne dotée de capacité créatrice. La grande peur de tout artiste: perdre son inspiration. Le Vampire psychique : Loin d'être une créature au goût prononcé pour le sang humain, le vampire psychique vise plus haut que cette matière organique qui nous fait vivre. Il vise notre esprit, notre âme. Bien qu'assez proche du vampire classique, grâce à un charme hors pair et à l'évident pouvoir de séduction qui l'aspire à son entourage, le vampire psychique possède cette force moral dés sa naissance et ne l'acquière pas après sa mort. Toutefois c'est bien malgré lui qu'il utilise ce don obscur qui devient vite une obsession. Peu à peu il ne peut s'empêcher de l'utiliser et il en devient dépendant. Ce qui rejoint aussi le besoin de sang dont souffrent les vampires classiques. Cet aspect vampirique est très agréable à découvrir et il nous donne à réfléchir sur le développement de notre personnalité. Est-ce qu'il serait sage de croire que nous sommes tous en difinitive des vampires psychiques?
En conclusion: d'une agréable légèreté La Maison du Vampire est un roman plein de grâce romantique, d'une sensibilité à fleur de page et d'une grande qualité littéraire. On ne lit pas ce roman : on le ressent. Et d'ailleurs de différentes manières. Premièrement grâce à son récit et deuxièmement à la splendide texture du papier. Un roman longtemps oublié qui devrait être classé dans les grands moments de littérature fantastique.

Lucie M.

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 27 juillet 2005.

Bienvenue à l'I.E.A.!:Le duo le plus connu de l'I.E.A. est bien celui formé par nos amis John Coolter et Isidore Quincampoix, les infatigables enquêteurs de l'étrange dont nous pouvons suivre les aventures les plus retentissantes grâce à la collection Ténèbres et Cie des Editions de la Clef d'Argent. Le recueil Bienvenue à l'I.E.A. est une petite anthologie de morceaux choisis des péripéties qui ont pu arriver aux deux stars (il n'y a pas d'autre mot). Cela va d'une rencontre avec un Mastodonte à une porte déformant les propos de ceux qui parlent devant elle, un problème de temps terrestre et même un anniversaire plutôt macabre avec un invité surprise.
Philippe Gindre a recueilli ici plus des anecdotes que réellement des nouvelles et grâce aux participants, qui sont : Philippe Dougnier, Philippe Gontier, Jonas Lenn, Christian Hibon et le maitre de cérémonie Philippe Gindre, nous font entrer dans la vie de tous les jours des résidants de l'I.E.A..

Arsenik_

 ^

Atemporel.com, juillet 2005.

La Spirale de Lug: L'Histoire: John Coolter et Isidore Quincampoix sont deux investigateurs de l'I.E.A. (Institut d'Ethnocosmolgie Aplliquée). Coolter est déprimé. Son ami d'enfance, l'Abbé Buchanam, vient d'être assassiné.. Remis sur pieds par son ami Quincampoix, nos deux amis partent enquêter sur cette mort étrange dont l'existence dun trésor caché, comme à Rennes-le-Château, pourrait être la cause. * L'Avis: Une enquête étrange, historique, ésotérique et pleine d'humour. Jonas Lenn reprend ici la série Coolter et Quincampoix inaugurée par Philippe Gindre et Christian Hibon. Mise en page et finition soignées pour un roman exempt de coquilles. Une histoire facile à lire et pleine de clins d'oeil qui vaut vraiment votre lecture. On se laisse porter au fil des pages et des illustrations de Sylvain Chevalier. Bientôt la suite avec La Spirale de Lug : Captifs de Terroma. Nous attendons avec impatience !

Laurent Delin

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 11 juillet 2005.

Correspondance (tome 2): Coolter et Quincampoix, les infatigables enquêteurs de l'étrange, ont décidé de se retirer du monde, tels les ermites, afin de reprendre des forces suite à une enquête plutôt épuisante. L'un croit trouver la paix de l'esprit dans une abbaye abandonnée de Provence, l'autre dans un ancien monastère en Bourgogne.
L'éloignement leurs a permis d'entretenir une correspondance fournie afin de rassurer l'autre sur la quiétude et la sérénité de son ermitage. Au fur et à mesure de leurs lettres, ils se racontent l'histoire du bâtiment qu'ils habitent. Comment le pâtre éloignait les vipères et les secrets de son miel violet pour l'un et la vie des moines de l'abbaye pour l'autre. Jusqu'au moment ou leurs recherches vont aboutir sur des découvertes de plus en plus étranges et surtout envahissantes pour nos deux enquêteurs. Mais il faut lire le deuxième tome de la correspondance entre John Coolter et Isidore Quincampoix pour savoir ou vont les menés leurs recherches parrallère.
Roman écrit a quatre mains par les deux complices des Editions de la Clef d'Argent, Philippe Gindre et Christian Hibon, les «papas» de Coolter et Quincampoix. A la lecture de roman épistolaire le lecteur se rend compte de l'amitié qui lie les deux enquêteurs mais aussi de la complicité des deux auteurs.

Arsenik_

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 11 juillet 2005.

Correspondance (tome 2): Coolter et Quincampoix sont toujours dans leur retraite qui se voulait reposante pour le corps et l'esprit. Leur curiosité intellectuelle les a poussé a faire des recherches sur leurs habitats mais les esprits des anciens occupants des lieux sont toujours là.
Isidore Quincampoix, par maladresse, va écorcher le mur de la cave et y découvrir une fresque étrange où les genres se mélangent pour laisser apparaître des êtres et des animaux étranges aux regards hallucinés tandis que John Coolter, très friand d'opiacé va trouver des plantes qui lui permettent, après ingestion, de faire un bond dans le passé où il va voir ce qu'il n'aurai jamais dû voir.
Chacun de leur coté ils vont découvrir le secret des moines et le lien qui unit leurs deux monastères mais aussi d'autres lieux dans le monde qui servent de porte à cette étrange congrégation religieuse et à leur culte peu catholique.
Les deux compères, Christian Hibon et Philippe Gindre, ont laissé une total liberté à leurs plumes pour faire vivre aux infatigables enquêteurs de l'étrange à travers ce roman épistolaire une aventure moyenâgeuse où l'amitié qui lie l'anglais au français se voit démultiplier par la distance physique et les dangers qu'ils encours ne pouvant se protéger l'un l'autre comme ils le font habituellement.

Arsenik_

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 10 juillet 2005.

L'Affaire Bellocq: Bellocq ! Bellocq serait vivant ! Impossible, totalement impossible ! Il est mort carbonisé lors de son arrestation par Coolter et Quincampoix pendant l'affaire de electro-chaton. Coolter et Quincampoix, les infatigables enquêteurs de l'étrange ont vu son corps descendre pour son ultime demeure il y a 5 ans.
Pourtant le légiste est formel, le doigt coupé lors de la fuite des bandits qui ont saccagés le laboratoire est celui de Bellocq. De même John Coolter le reconnaît par deux fois lors de course poursuite entre le bandit les deux enquêteurs de l'étrange. Pourtant le légiste tombe sur un os, visuellement c'était bel et bien Bellocq qui se trouvait dans la voiture qui a explosé en heurtant celle de Quincampoix mais le sang de ce corps ne coagule pas et surtout ne contient aucun infime parcelle d'ADN ; C'est humainement impossible pour l'homme de sciences qui a pourtant vu des cas étrange au cours de sa carrière. Bellocq serait-il, comme le phoenix, capable de renaître de ses cendres ?
Ce troisième tome des enquêteurs de l'étrange frôle avec la sciences-fiction, au sens premier du terme bien que s'appuyant sur l'actualité d'une célèbre brebis. Une courte enquête mais digne d'un très bon polar.

Arsenik_

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 7 juillet 2005.

Une rencontre: John Coolter et Isidore Quincampoix, les infatigables enquêteurs de l'étrange, travaillent pour l'Institut d'Ethnocosmologie Appliquée (l'IEA). Des enquêtes plus étranges les unes que les autres les ont menés, par le biais de leurs popularisation par la presse, à nous conter leurs aventures dans la collection Ténèbres & Cie.
Ce premier tome (la collection en compte aujourd'hui sept) les met face à face avec deux curieux qui veulent connaître les circonstances de leur rencontre puis face au cas rarissime d'un bibliophile aux goûts étranges. Ce n'est pas pour les livres en tant qu'objet qu'il les collectionne ni pour le contenu de ceux-ci mais pour une toute autre raison que nous pouvons qualifier de chromatologique.
Le charme désuet et franchouillard de Quincampoix se délectant de vervaine-menthe et celuiÊso british de Coolter sirotant des whisky hors de prix qu'il promène partout avec lui dans sa topette vous ensorcellent dès les premières lignes de ces deux (trop) courtes nouvelles.

Arsenik_

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 7 juillet 2005.

Albandon: Coolter et Quincampoix, les infatigables enquêteurs de l'étrangeÊde l'IEA, se retrouvent dans une bien étrange ville : Albandon.
Quincampoix était parti loin de tout pourÊse ressourcer dans une petite maison entourée d'un jardin de curé dans la ville d'Albandon. Mais l'étrangeté de celle-ci, et surtout les bruits incongrus qui surviennent la nuit tombée, le pousseÊà appeler Coolter, son coéquipier et néanmoins ami. Coolter, moins poltron que le français, va mener l'enquête en commençant par interroger les habitants d'Albandon, tous plus monstrueux les uns que les autres, et visiter la ville et ses bâtiments principaux pour finir par découvrir ce que cachent les mines et surtout comment nos deux enquêteurs ont atterris dans cette ville maudite.
Ce deuxième tome des aventures de Coolter et Quincampoix nous permet de connaître un peu plus les caractères des deux protagonistes et des expériences surnaturelles que mène l'IEA. Cette fois-ci le décor est posé et le lecteur a le doigt dans l'engrenage pour suivre les enquêtes menées de main de maître par John Coolter et Isidore Quincampoix.

Arsenik_

 ^

 

Khimaira n°3, juillet 2005. 
 

   [...] avec La Spirale de Lug [...] nous suivons avec bonheur l'enquête dans les milieux ésotériques sur fond de monde parallèle peuplé de géants des deux fins esprits que sont Coolter et Quincampoix. Le quatrième de couverture indique que le livre appartient au genre steampunk mais nous avouons avoir eu du mal à faire le lien si ce n'est une écriture enjouée et un univers rétro bien apprécié.

Christophe Van De Ponseele

 ^

Scifi-universe.com, juin 2005.

La Spirale de Lug: Un meurtre de curé, une énigme ésotérique à résoudre; ceci est exactement ce qu'il faut à nos deux infatigables investigateurs métapsychiques pour les mettre en branle. Surtout quand la victime se trouve être un ami de Coolter. Ce dernier poussé par une irrésistible envie de découvrir ce sombre mystère entraîne son collègue Quincampoix dans la Sarthe où ils feront la connaissance de Gustav, jeune séminariste, qui se trouve être la dernière personne à avoir vu la victime vivante. De fil en aiguille, les deux compères découvriront des mystères aussi palpitants les uns que les autres et finiront par trouver la clef finale qui les conduira assez vite vers d'autres aventures.
La Spirale de Lug est le septième volume des aventures de Coolter et Quincampoix. Publié aux éditions La Clef d'Argent dans la collection Ténèbres et Cie, ce court roman de 139 pages est le premier de l'auteur Jonas Lenn. Ce dernier est plus connu des amateurs de fantastique par ses nombreuses nouvelles publiées dans différentes revues. Cette collection Ténèbres et Cie a pour but de nous faire découvrir les aventures de Coolter et Quincampoix, membres de l'Institut d'Ethnocosmologie Appliquée de Dole. Composée de courts romans ou de nouvelles cette collection, assez atypique, existe depuis 1999 et a été créé par Philippe Gindre en compagnie de Christian Hibon.
Jonas Lenn, déjà habitué aux personnages de Coolter et Quincampoix car dans le sixième volume de leurs aventures il avait déjà prêté sa plume à la collection Ténèbres et Cie, reprend donc du service avec La Spirale de Lug. Il nous livre un roman fort court de 139 pages avec finesse et savoir faire. Finesse car la qualité de sa plume est d'une légèreté admirable et savoir faire puisqu'il réussit à décrire une intrigue forte qui doit malheureusement se finir assez vite. Au niveau de sa représentation des personnages principaux de l'histoire, l'auteur arrive assez vite à nous les faire connaître. Et grâce à leur caractère assez particulier Coolter et Quincampoix deviennent vite des personnages proches des lecteurs. Leur complicité nous donne parfois à rire et même si c'est la première fois que l'on découvre leurs aventures (comme c'était le cas pour ma part) on se lie efficacement à eux. Bon vivants et très humoristes Coolter et Quincampoix prennent une place importante dans le récit de La Spirale de Lug. Mais l'intrigue principale à la nature mystique n'est pas remisée au second plan. Alors à la fin de notre lecture on ressent comme un vide qu'on aimerait combler en lisant de ce pas la suite de La Spirale de Lug.
La Spirale de Lug est aussi un roman enchanteur puisqu'il nous fait nous évader du quotidien car il contient un charme qu'on pourrait qualifier de désuet. Nous pouvons délibérément associer les deux personnages aux célèbres détectives Sherlock Holmes et John H. Watson de par leur complicité et leur attitude. De plus au gré de notre lecture nous découvrons les illustrations de Sylvain Chevalier qui a su faire transparaître toute cette magie apportée par Jonas Lenn.
En conclusion: La Spirale de Lug est un roman qui se lit assez vite. Avec une bonne intrigue et des personnages hauts en couleurs. Jonas Lenn réalise son ouvrage avec forte érudition et nous fait découvrir le début d'une longue aventure au caractère mystique très prononcé. On a hâte de retrouver nos chers Coolter et Quincampoix pour en savoir un peu plus sur le mystérieux royaume de Terroma.

Requiem

 ^

boojum-mag.net, juin 2005.

Masques dans le miroir: Près de soixante ans après sa mort, l'oeuvre d'Howard Phillips Lovecraft ne cesse encore de fasciner une majorité de lecteurs attirés par la littérature fantastique. Pourtant l'homme de Providence, modèle de discrétion par excellence, n'aura jamais de son vivant cherché le succès. L'écriture étant un art qui pour lui ne devait pas être un moyen de subsistance. Son style plus proche de celui du siècle précédent que de celui de ses contemporains s'alliait cependant à merveille avec la thématique même de ses nouvelles.
Ainsi après Poe et bien avant Matheson, ou encore King, Lovecraft allait marquer de manière indélébile l'histoire de la littérature fantastique. Son univers cauchemardesque peuplé de créatures indicibles n'a rien à envier dans l'horreur à l'enfer de Dante. Baptisé par ses «apôtres» mythe de Cthulhu, c'est avant tout sa cosmogonie qui aura marqué l'attention des spécialistes. Pourtant l'essence même des thèmes fantastiques classiques jalonnent ci et là l'oeuvre de Lovecraft. Ainsi, avec cette étude, William Schnabel revient sur un sujet mis en demeure jusqu'à présent chez Lovecraft, le thème du double.
Cet aspect pourtant récurrent de la littérature fantastique n'avait jamais été alors étudié chez Lovecraft. En effet, seul l'univers lovecraftien avait centralisé l'intérêt des lecteurs et spécialistes. Hors, avec cet ouvrage, Schnabel met en lumière toute la prépondérance du double chez Lovecraft à travers une démonstration brillante et vigoureuse. Son étude corrélative de l'oeuvre lovecraftienne permet de mettre en exergue tous les points reliant l'auteur et ses personnages. Ainsi en décrivant les obsessions et les peurs enfouies de ses héros, Lovecraft ne fait que dresser un propre autoportrait. La honte ancestrale, la solitude, la décadence psychologique des protagonistes font sans cesse écho à leur géniteur. En outre la nature double même des personnages, le côté monstrueux latent qui les possède donne une autre dimension à l'oeuvre du maître de Providence. Ainsi comme l'explique Schnabel, en faisant passer ses personnages pour des monstres et en se décrivant lui-même comme tel Lovecraft au-delà de la folie accède ainsi à l'immortalité.
Avec Masques dans le miroir, regardez d'une autre façon l'univers fantasmagorique d'un auteur décidément à part.

Francois Verstraete

 ^

ActuSF.com, juin 2005.

La Spirale de Lug: Né en 1967, Jonas Lenn se fait peu à peu une petite place au soleil de la science-fiction française. Pour l'heure, il a essentiellement disséminé ici et là une quarantaine de nouvelles pour des revues et des anthologies comme Faëries, Galaxies, Emblème, Détectives de l'impossible ou bien encore Passés recomposés. En 2006, il publiera un recueil chez les toutes jeunes éditions des Moutons Electriques. Des nouvelles qui lui ont valu en 1998 le prix Infini et en 2002 le prix Imaginales. Avec La Spirale de Lug, Jonas Lenn signe son premier roman en reprenant après Philippe Gindre et Christian Hibon la suite des aventures de Coolter et Quincampoix, les deux détectives de l'étrange.
Mystère et boule de gomme. Coolter et Quincampoix ont une fois de plus une bien étrange affaire à résoudre. Un vieil ami de Coolter est assassiné chez lui en pleine campagne. Pensant dÔabord à un rôdeur, nos deux amis changent rapidement d'avis. Le simple curé cachait en fait un homme érudit qui aimait les lectures un peu particulières et mystérieuses, avec un goût prononcé pour l'ésotérisme...
Classique et efficace. Les enquêtes policières fantastiques sont souvent savoureuses. Un peu de mystère et d'action, des personnages hauts en couleur, des déductions et des détails qui tuent... on retrouve tous ces éléments de base dans le roman de Jonas Lenn. Un roman plutôt classique dans son intrigue mais assez agréable à lire. Sa plume fluide en fait une petite récréation assez bienvenue qui en plus a le bon goût de ne pas dépasser les 150 pages. Pas sûr qu'il ait été aussi efficace en allongeant la sauce. Avec ce roman, Jonas Lenn n'est pas encore au niveau de ses nouvelles. Néanmoins, ce premier pas vers des formes plus longues est prometteur. A découvrir.

Jérôme Vincent

 ^

Vient de paraître n°33, juin 2005.
Supplément de la Revue du Livre en Pays de Loire

En relisant Jules Verne: L'auteur propose la relecture de cinq romans de J. Verne, tous inscrits dans le cadre des Voyages extraordinaires . Ces cinq analyses tentent d'apporter un éclairage nouveau ou complémentaire aux études précédentes, en mettant notamment l'accent sur les notions d'espace et de temps, de voyage initiatique, de rapport entre science et fantastique ou d'utopie.

 ^

Noosfere, 1er juin 2005.

La Spirale de Lug: Coolter et Quincampoix sont deux personnages créés par Philippe Gindre et Christian Hibon. Après avoir signé les premiers tomes de la série (cinq en tout), ils ont prêté leurs créatures à d'autres auteurs, d'abord dans le cadre d'une anthologie, Bienvenue à l'I.E.A.!, et maintenant pour un court roman de Jonas Lenn (par ailleurs présent dans l'anthologie), La Spirale de Lug. Tout commence par l'assassinat d'un curé de campagne, ami de longue date de Coolter, et homme haut en couleurs. Arrivés sur place, dans le Haut-Maine (en Sarthe), les deux enquêteurs constatent l'intérêt du prêtre pour tout ce qui a trait aux géants et à certaines théories de mondes parallèles. C'est dans cette direction qu'ils vont orienter leurs recherches, qui les mèneront notamment du côté du Mans, pour y croiser la route de personnages peu fréquentables. Il s'exhale de ce roman un délicieux charme suranné, lié à la personnalité des deux amis, très britishs, à leurs expressions, et à la langue rétro et chantante de Jonas Lenn. Cette ambiance n'est pas le moindre des atouts de La Spirale de Lug, dont l'intrigue, intéressante, souffre d'être coupée brutalement. Le livre s'achève en effet un peu rapidement, nous laissant dans l'expectative quant à la véracité des hypothèses Ñ a priori farfelues, mais provenant de membres éminents de l'Institut d'Ethnocosmologie Appliquée, le sont-elles vraiment? Ñ émises par Coolter et Quincampoix. Ce point mis à part, le lecteur amateur d'humour décalé et de références culturelles (Kierkegaard, Lovecraft, Châteaubriand sont convoqués) saura goûter à leur juste valeur ces pages finement ciselées. Et attendra avec impatience le tome suivant, déjà annoncé et intitulé Captifs de Terroma.

Bruno Para

 ^

Centre Régional du Livre de Franche-Comté, juin 2005.

La Spirale de Lug: Quand on considère sur une carte les concentrations de noms dérivés de celui de Lug ou de celui de Lusine, on constate que leur succession dessine, sur le sol de France, des courbes concentriques; et si l'on tente de relever le dessin de ces courbes, il apparaît qu'elles ne sont pas, en réalité, concentriques mais appartiennent à une spirale.
Il plaira sans doute, aux plus assidus des lecteurs, de vérifier cette information d'une extrême importance, car si spirale il y a, celle-ci conduit peut-être à Terroma, un monde parallèle peuplé de géants. Est-ce parce qu'il connaissait le secret de ce passage que l'abbé W. Buchanam a été assassiné? Coolter et Quincampoix, les deux enquêteurs de l'Institut d'Ethnocosmologie Appliquée de Dole, aux investigations desquels, la Clef d'Argent a déjà consacré 6 volumes, mènent l'enquête dans la Sarthe. Un récit entre fantastique et complot politique qui ravira parmi les anciens lecteurs de Fantomette, tous ceux qui ont depuis élevé sensiblement leur niveau de langue.
Une suite est prévue, sous le nom Captifs de Terroma, chez le même éditeur.

 ^

Centre Régional du Livre de Franche-Comté, juin 2005.

En relisant Jules Verne: Cinq études sont réunies dans ce livre, toutes centrées sur des romans appartenant au corpus des Voyages extraordinaires : Voyage au centre de la terre, Le Tour du monde en 80 jours, Le Château des Carpathes, Vingt mille lieues sous les mers, L'ële mystérieuse. Le livre dresse un panorama des connaissances dans le domaine des sciences et des techniques à l'époque de Jules Verne.
L'auteur, diplômé (entre autres) en écologie humaine, privilégie une approche transdisciplinaire. Il souligne la difficulté d'habiter à laquelle sont confrontés les héros de Jules Verne au cours de leurs aventures et bien entendu, s'attarde sur la question du rapport temps/espace, omniprésente dans ces romans.
L'écologie humaine est concernée au plus haut point par un défi très actuel auquel ne cessaient de se confronter les personnages de Jules Verne: comment tirer subsistance de la nature, comment habiter de nouveaux espaces sans détruire l'environnement.

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire mai 2005.

La Spirale de Lug: John Coolter et Isidore Quincampoix, les infatiguables investigateurs métapsychiques sont de retour. Jonas Lenn a repris le flambeau pour leur faire vivre une enquête aux frontières des mondes. Ce qui les ramène au devant de la scène? Le meurtre d'un curé de campagne, vieil ami de Coolter. Apprennant le décès de son ami, Coolter entraîne Quincampoix dans la Sarthe afin d'élucider cet étrange assassinat. Sur place les attend Gustav, jeune séminariste allemand et protégé du curé qui a été l'un des derniers à voir l'homme de Dieu vivant. Il va leur conter leur dernière soirée à laquelle était convié Cornélius Gargano, homme pour le moins étrange, ancien pensionnaire de l'asile d'aliénés dans lequel se trouve aujourd'hui le presbytère. Avec l'aide de Félicien, intime du prêtre et assistant du juge, les deux enquêteurs suivent la piste de l'alchimie (les nombreux livres traitant de ce sujet retrouvés chez le prêtre, la réfection de l'église du village alors qu'il était sans le sou...). Mais le plomb n'est jamais devenu or au presbytère et la clef de l'énigme est celle qui ouvre le passage vers un autre monde.
Septième volume des aventures de John Coolter et Isidore Quincampoix au sein de la collection Ténèbres & Cie des Editions Clef d'Argent. Cette collection regroupe les aventures de deux enquêteurs de l'IEA (Institut d'Ethonocosmologie Appliquée, institut ayant pour vocation l'investigation rationelle de phénomènes paranormaux que vous pouvez retrouver à cette adresse: iea.free.fr). Roman court ou nouvelle longue, se lisant d'une traite plus par curiosité de savoir les secrets du prêtre que pour connaître l'assassin de ce dernier. Un texte agréable, fluide et joliment illstré par Sylvain Chevalier (qui donne enfin un visage aux héros de l'IEA). Appréciant particulièrement les parutions des Editions de la Clef d'Argent j'avoue ne pas connaître Coolter et Quincampoix (voilà qui maintenant est réparé). Mais cette rencontre avec les manières désuètes de l'anglais et le côté timoré du français a éveillé en moi le désir de rattrapper mon retard. Attention on s'attache très facilement à ces deux héros.
À noter qu'après plus d'une quarantaine de nouvelles publiées (Faëries, Galaxies, Codex Atlanticus ...) et de nombreuses anthologies (Emblemes, Noires soeurs, ...) La Spirale de Lug est le premier roman de Jonas Lenn.

Arsenik_

 ^

Mauvais Genres, mai 2005.

La Spirale de Lug: Il s'agit du 7ème volume des aventures de Coolter et Quincampoix, deux enquêteurs de l'étrange lancés sur la piste des géants qui peuplèrent la Terre dans des temps anciens, à la suite de l'assassinat d'un curé, ami de Coolter.
C'est de l'enquête classique, sur fond d'ésotérisme (on se souviendra au passage des ouvrages de Louis Charpentier et Denis Saurat, sur la civilisation des géants : la grande époque des J'ai Lu l'aventure mystérieuse).
Le roman, assez court, se lit d'une traite. Mais sa brièveté n'empêche pas l'histoire de s'enliser parfois dans le bla-bla. On aurait préféré un peu plus de péripéties, une intrigue un peu moins linéaire et plus resserrée.
On devine à travers l'intrigue l'influence de Planetary, l'excellente BD de Warren Ellis et John Cassaday, sans en retrouver toutefois le côté intrigant.
Mais les amateurs de littérature populaire devrait s'y retrouver, même si la fin laisse un peu sur sa faim (suite oblige, comme il se doit). Une tentative sympa à soutenir malgré ses quelques défauts. Le roman est illustré par Sylvain Chevalier (couverture et intérieur).

Markus Leicht (Lyon)

 ^

Présences d'Esprits n°43, mai 2005.

Les Mondes perdus de Clark Ashton Smith: Ce n'est pas à proprement parler une revue, ni un livre. Cette plaquette est une étude sur l'oeuvre de C.A. Smith (1893-1961), un des pionniers de la fantasy aux USA. Il a fait partie de ceux qui gravitaient autour de Lovecraft qui d'ailleurs le tenait en grande estime pour son imagination. Jean Marigny, l'auteur de cette étude, porte son regard sur ces mondes perdus que l'on retrouve dans l'oeuvre de nouvelliste de l'auteur, oeuvre tardivement connue en France: les premières traductions datent de 1960. Smith s'est appuyé sur des «continents disparus appartenant au patrimoine imaginaire de l'humanité comme l'Atlantide, l'Hyperborée, ou la Lémurie» (j'aime beaucoup cette idée de patrimoine imaginaire), mais aussi sur ses propres créations. Parmi celles-ci, il faut retenir Zothique, qui n'est pas un monde perdu, mais un monde futur, (ce qui restera des terres immergées après la fonte des pôles).
Ce panorama érudit aboutit à la conclusion que tous ces mondes décrits par Clark Ashton Smith, les anciens (perdus), les nouveaux (que nous sommes en train de façonner) relèvent de la nostalgie d'un Âge d'Or, de ce Paradis Perdu si cher à Milton et, en fait, à tous les hommes!
Cette plaquette, en vingt pages, évoque un sujet extrêmement intéressant qui aurait cependant mérité un développement plus complet, plus approfondi.

Serge Perraud

 ^

Présences d'Esprits n°43, juin 2005.

Le Codex Atlanticus n°15: Cette anthologie fantastique est devenue annuelle et paraît pour le solstice d'été (Le 21 juin). Philippe Gindre a retenu onze joyaux noirs, dont neuf inédits, qui billent par un fantastique du quotidien, un fantastique presque «familial». Mais n'est-ce pas dans ce milieu, dans ce microcosme, que l'on trouve en fait les situations les plus noires, les éléments les plus effrayants? Le recueil s'ouvre avec «Les Trois livreurs», une nouvelle de Marcel Béalu, une des grandes figures de la littérature fantastique, à l'image d'un Claude Seignolle. Il s'agit d'un texte court et dense sur le couple et les enfants. «Le Paquet» de Michel Rozenberg exhale une atmosphère tout à fait semblable à celle du fantastique flamand magnifié par Thomas Owen et Gérard Prévôt. Il faut citer «Visite» de Philippe Vidal qui joue, avec un ton nerveux, de ce climat angoissant généré par des objets qui semblent prendre vie dans une histoire qui boucle, qui boucle... Il ne faut pas oublier «Les Pendules» de Catherine Bord. Cette nouvelle illustre parfaitement le ton global du recueil: «comment une vie quotidienne banale, à la limite de l'ennui, se trouve brusquement parasitée par un fait inexplicable dont l'étrangeté, petit à petit, génère inquiétude puis angoisse.» «Avec elle» de Liliane Gray reprend les rapports terribles des membres d'une cellule familiale quand l'un des membres souffre d'une pathologie très lourde. À donner le frisson!
Cette anthologie se termine par une enquête de Philippe Gindre sur la parution, chez Denoël dans les 30, de la traduction d'un livre de Lovecraft intitulé Le Club des sept rêveurs. Réalité ou supercherie littéraire, ce sera à vous de juger!
Cette nouvelle livraison est, comme à son habitude, riche de textes de haut niveau, choisis avec un goût certain et une vision sans faille de la qualité qui doit présider à toute anthologie. Les illustrations sont à la hauteur. Vivement le prochain été!

Serge Perraud

 ^

Les Chroniques de l'Imaginaire, 15 avril 2005.

En relisant Jules Verne: En cette année du centenaire de sa mort, Jules Verne fascine toujours. A ce jour, il reste l'auteur français le plus lu et le plus traduit. Le cinéma ne cesse d'adapter ses oeuvres pour le bonheur de tous. Alors, Jules Verne était-il un érudit, un génie, un encyclopédiste ou un visionnaire ? Le XIXème siècle a été celui des sciences et de la technique. Par son écriture, cet homme de son siècle a essayé de diffuser de manière ludique cette révolution qui le passionnait. Dans ses Voyages Extraordinaires, ce ne sont pas moins de soixante-deux romans qui nous ouvrent les portes du monde vernien. Lionel Dupuy propose, au travers de cinq ouvrages de Jules Verne, une analyse littéraire de son oeuvre. Que ce soit sur terre (Voyage au centre de la terre), dans les airs (Le Tour du monde en 80 jours) ou en mer (Vingt mille lieues sous les mers), la conception des voyages dans le temps et l'espace est clairement mis à jour. En relisant Jules Verne dévoile de nouvelles clefs de lecture. Elles peuvent étonner ou surprendre, mais elles témoignent du génie de son auteur. La curiosité des lecteurs sera ainsi titillée en redécouvrant la littérature d'un homme foncièrement en avance sur son temps. On peut conseiller, pour les novices, devant l'érudition de Lionel Dupuy, de commencer par la lecture des ouvrages cités en références dans cet essai. Le dénouement de certains voyages ne sera ainsi pas dévoilé au vu de la passion débordante de l'analyste.

Hanako

 ^

Noosfere, 2 avril 2005.

En relisant Jules Verne: Dans la pléthore d'études et d'essais sur Jules Verne parus ou à paraître cette année, ce livre de Lionel Dupuy, spécialiste de l'aménagement du territoire de formation, est original: il tente ici de décrypter certains ouvrages de Jules Verne par le biais de l'Écologie Humaine, ou Oïkologie. L'objectif de cette discipline est, comme le dit l'auteur, «d'analyser et d'étudier un objet précis en ayant une approche fondamentalement transdisciplinaire». Pas question donc de considérer un roman vernien sous le seul angle littéraire ou scientifique. On fera intervenir la géographie (primordiale dans les Voyages Extraordinaires) ou la géologie, la symbolique mythologique ou initiatique, l'analyse littéraire, bref toute discipline permettant d'étayer les théories de l'auteur et de jeter un regard neuf sur certaines des oeuvres de Jules Verne (A noter que les deux premiers articles ont déjà été publiés, sous la forme de plaquettes, par le même éditeur, La Clef d'Argent, en 2000 et 2002. Ils sont ici repris dans une version revue et augmentée.). Lionel Dupuy s'intéresse ici à cinq des romans du père de la science-fiction, en leur consacrant un article à chacun. Voyage au centre de la Terre est ainsi un moyen pour l'auteur de nous familiariser avec l'approche oïkologique, tout en montrant l'importance de la dualité espace-temps dans le roman. Vient ensuite Le tour du monde en 80 jours, voyage initiatique fondé sur cette même dualité spatio-temporelle. Le Château des Carpathes est analysé sous la perspective science contre ignorance et croyances. Vingt mille lieues sous les mers est qualifié de roman écologique avant l'heure, écrit par un auteur préoccupé par la place de l'Homme dans son environnement. Enfin, L'île mystérieuse est considéré comme une utopie d'un monde idéal, concentrant sur un espace réduit tout ce qui fait l'essence de l'être humain et de son univers. Les analyses de Dupuy sont pertinentes, mettant en évidence certains thèmes chers à l'auteur -- la dualité espace-temps, le rapport de l'Homme à ce qui l'entoure, le volcan en tant que symbole de l'origine du monde --, et exposées avec une grande clarté. On regrettera néanmoins le style parfois pesant, marqué par de nombreuses répétitions ou redites (ainsi, page 87 par exemple, le doublon expliquer/explication est répété six fois sur une quinzaine de lignes), et un nombre important de coquilles. Mais il s'agit de petits détails perfectibles, qui ne sauraient faire oublier l'acuité de l'étude de Lionel Dupuy.

Bruno Para
^
Le saviez-vous? Vous pouvez commander tous nos titres disponibles sur notre page Catalogue.

Abonnez-nous à notre infolettre | Suivez-nous sur | Esperanto | English | Castellano | © 2018 La Clef d'Argent